Comité de sélection du 10 juin 2020 : Un dialogue social est-il encore possible avec l’Etat ?

Publié le : 11 juin 2020
Profil :  DH

A l’occasion de l’avant-dernier comité de sélection, puisque l’Etat a décidé de supprimer petit à petit le paritarisme avec les directrices et directeurs d’hôpitaux, le SMPS a insisté sur la dégradation du  climat social entre les organisations syndicales représentatives des DH et l’appareil d’Etat.

Aujourd’hui, la rupture de confiance est bien réelle et les discours convenus deviennent inaudibles.

A la communication parcellaire et précipitée sur la publication du poste de directeur du CH de LENS, s’ajoute la confusion dans les procédures de nomination aux emplois supérieurs.

Quatre réalités :
– Les postes sur les emplois difficiles sont publiés sans aucun échange sur le fond et sans analyse de la gravité des situations
– Les choix sont déjà faits
– La concurrence entre les profils n’est pas réellement discutée
– Les DGARS sont de plus en plus les seuls à décider

Tandis que les directeurs n’ont pas ménagé leurs efforts pour gérer la crise, ils sont, tout comme leurs représentants, plus qu’en droit de recevoir des signaux clairs de reconnaissance et de confiance.

Dans ce contexte de confusion organisée, la DGAFP continue de nier la singularité de nos métiers de directrices et directeurs d’hôpital au profit d’un jacobinisme inter-fonction publique.

Dans le cadre du Ségur de la Santé, le SMPS a rappelé à Nicole NOTAT, en bilatérale aux côtés de l’UNSA, l’importance que nous attachons à nos métiers et l’absence d’écoute.

Les directrices et les directeurs d’hôpital ont aussi droit au respect et à la santé au travail !

Dans les prochains jours, les prochaines semaines et les prochains moins, le SMPS portera de nouvelles revendications pour rappeler à l’appareil d’Etat que, sans nous, le système hospitalier ne pourra pas être au rendez-vous des transformations nécessaires à sa modernisation.

Tous hospitaliers, tous mobilisés !