CAPN du 24 septembre 2020 : la CAPN, une instance à réinventer mais qui ne doit pas disparaître

Publié le : 24 septembre 2020
Profils :  DH, Détachés

Après un CCN dense mardi 22 septembre, au cours duquel l’adoption d’une première version des lignes directrices de gestion est venue parachever le sort des CAPN, les élus SMPS ont repris le chemin (virtuel) du CNG pour défendre les situations, qu’il nous est encore permis d’étudier.

Il faut dire que la loi portant transformation de la fonction publique, au motif de simplifier les process au sein comme en-dehors de la fonction publique, a plus que réduit les attributions de cette instance pourtant essentielle au suivi de carrière des collègues.

Par ailleurs, l’étude des mutations disparue maintenant, permettait outre l’examen des trajectoires professionnelles, d’agir comme un révélateur du climat social d’un établissement ou d’une équipe de direction, de corréler ces situations avec les tendances d’évolution du corps, que nous continuerons fort heureusement à étudier dans le bilan social.

Ce champ de compétences drastiquement réduit doit nous appeler à encore plus de vigilance, organisations syndicales comme CNG.

Les élus SMPS ont plaidé pour continuer à faire de cette instance un véritable lieu au service de la carrière des collègues et non une instance de plus, pour des agendas de directeurs déjà trop chargés.

Certes, le SMPS, fidèle à son esprit réformiste, a toujours plaidé pour une simplification de la mobilité au sein comme en-dehors de la fonction publique, mais celle-ci ne saurait se faire au détriment de nos collègues.

Là encore, le Ministère de la Transformation et de la Fonction Publiques commet une erreur manifeste d’appréciation en privilégiant une uniformisation et non une harmonisation des 3 versants, oubliant une nouvelle fois la spécificité de nos métiers et de la FPH !

Nous souhaitons que ce temps de formalisme disparu soit mis à profit de l’accompagnement plus individualisé des directeurs en prenant au pied de la lettre les ambitions de « simplification utile du statut » prônée dans les attendus de la loi portant transformation de la fonction publique.

Nous ne sommes pas dupes de la formulation mais nous choisissons de la faire nôtre pour renvoyer l’Etat à sa mission vis-à-vis de ses plus hauts serviteurs.

Nos discussions en CCN nous laissent pour l’heure sur notre faim :

  • La submersion statutaire qui semble emporter toutes les bonnes volontés au ministère
  • La disparition de toute conduite budgétaire modernisée y compris la mise en péril de la déjà fragile 5ème branche
  • Les inconnus de l’ancienne ou nouvelle réforme de la gouvernance
  • La déception devant le calendrier du comité de suivi du Ségur qui ne comporte aucune véritable échéance pour l’encadrement supérieur de la FPH
  • Le séminaire du CA du CNG qui va s’ouvrir sur de très nombreuses ambitions difficiles à atteindre sans remasterisation des modèles de fonctionnement et des financements de l’accompagnement des corps gérés.
  • Les inconnues sur les tremblements de terre que pourrait générer le projet de loi 3D sur le portage de la santé au niveau national et territorial

Tous ces signes ne sont pas bons pour les directeurs et n’en font pas un socle favorable.

Démonstration a pourtant été faite que l’hôpital ne peut fonctionner sans nous, que la crise sanitaire repose sur la capacité des directeurs à mobiliser et que tout cela doit être reconnu, honoré, notamment lorsque la saison 2 du COVID étreint à nouveau les régions, les établissements.

L’inquiétude est donc grande, parmi nos collègues, de voir leurs perspectives de carrière s’amenuiser de jour en jour et le rôle de leurs représentants avec.

C’est avec ce haut niveau de préoccupation, une responsabilité immense, mais toujours dans un esprit constructif que le SMPS abordera les réunions à venir.

Le SMPS demande que tous les espaces de concertation soient ouverts pour compenser les espaces lacunaires des CAPN. Ce n’est pas seulement une question de place ou d’évolution de carrière, c’est aussi l’avenir d’une profession qui se joue.