CSFPH du 11 février 2020 : Echec (provisoire) pour le projet de décret relatif aux emplois supérieurs grâce à une action unitaire d’évidence.

Publié le : 12 février 2020
Profils : DH , D3S , DS

Le Conseil Supérieur de la Fonction Publique Hospitalière (CSFPH) qui s’est tenu ce mardi 11 février a été, pour le SMPS, aux côtés de l’UNSA SANTE ET SOCIAUX et des deux autres organisations syndicales représentant les directeurs, l’occasion d’exprimer son rejet du projet de décret relatif aux emplois supérieurs hospitaliers.

Un texte d’ailleurs unanimement rejeté, tant par les représentants du collège salariés que par ceux du collège employeur !

Une nouvelle convocation du CSFPH sera faite sous 8 jours à compter de la date du 11 février, le texte y sera à nouveau présenté et le SMPS proposera, dans une logique unitaire, de nouveaux amendements visant à maintenir des conditions de nomination transparentes et dans le respect du dialogue social.

Dans l’attente, il appelle l’ensemble des collègues à signer la pétition lancée par le SYNCASS-CFDT, demandant le retrait dudit projet de texte, que vous retrouverez en cliquant ici

En effet le projet de décret, lequel consacre la suppression des comités de sélection, n’est qu’un exemple de plus du peu de considération qui est fait du dialogue social d’une part et de nos professions d’autre part.

Derrière la symbolique, c’est aussi une mécanique de dénigrement de nos métiers et de nos compétences qui est à l’œuvre, laquelle porte en germes une menace claire pour l’avenir de la FPH dans son ensemble. C’est d’ailleurs ce qui a conduit syndicats de directeurs et de praticiens à se rassembler pour demander solennellement le retrait de ce projet de décret, dans un communiqué commun publié mercredi 5 février 2020.

Explicitement désigné comme « facteur bloquant » à l’hôpital, le management dans son ensemble continuera à jouer les « irritants » pour empêcher la disparition d’instances et de statuts dont l’existence est la garantie d’un égal accès à l’emploi public.

Autant de spectres que le rapport de l’IGAS relatif aux GHT paru en ce début février, traduit bien, en préconisant : « d’ouvrir sans délai un chantier de recomposition du corps des DH, intégrant probablement un élargissement du recrutement, refondant la formation initiale, réinventant les parcours afin de tenir compte de l’évolution nécessaire du management des structures sanitaires publiques. » Des pistes peut-être évoquées d’ailleurs dans le rapport Thiriez, sur le bureau du Premier Ministre depuis le 24 janvier dernier et pour lequel aucune date de remise officielle n’a été fixée à ce jour…et dans l’attente des conclusions de la mission IGAS relative au CNG annoncées pour la fin du mois.