Hôpital public : il faut rétablir la vérité

Publié le : 11 avril 2018

 

 

Chaque jour apporte son lot de nouvelles attaques contre l’hôpital public. Un jour c’est un colloque qui le met en accusation ; un autre jour, c’est un reportage prenant appui sur un drame pour le critiquer. De multiples articles de presse ou ouvrages expliquent en long et en large, mais sans souci de la nuance, combien l’hôpital est maltraitant. Des fiches d’événements indésirables sont utilisées sans précaution ni même connaissance de leur signification pour mettre en avant de prétendus dysfonctionnements.

 

Quelles que soient les intentions à l’origine de ce mouvement, il n’y a qu’un résultat : l’hôpital public en ressort affaibli, avec une image dégradée. Dans le même temps, les Français continuent de lui témoigner massivement leur confiance, en montrant leur attachement au service public hospitalier et aux agents qui y travaillent.

 

Et les discours ne résistent pas à l’analyse des faits. Edouard Couty, qui a reçu des pouvoirs publics une mission importante de médiation, a  expliqué à diverses reprises les problèmes réels qui peuvent se poser dans les hôpitaux publics. Il est rappelé dans le journal Le Monde du 5 avril 2018 que 98 % des situations de médiation relèvent de conflits interpersonnels, et non d’un management malveillant.

 

Cependant, il ne faut pas ignorer les difficultés auxquelles sont confrontés les hôpitaux publics. Les réformes sont devenues une fin en soi, au détriment des objectifs qui les ont justifiées. Les hospitaliers expriment une perte de sens et de repères. Le malaise hospitalier est réel et il faut y répondre. Mais cette réponse ne peut se résumer à l’idée simpliste que l’hôpital serait maltraitant.

 

Ramenons le sujet à la réalité des choses. N’incriminons pas une catégorie de professionnels. N’opposons pas les hospitaliers les uns aux autres. Chaque professionnel de santé est au service du patient autour des valeurs du service public hospitalier. Voilà le message que le SMPS porte. Il aura l’occasion de présenter très prochainement ses propositions pour l’hôpital public.