Le SMPS mobilisé sur les conditions de prise de poste des jeunes directeurs et cadres de la fonction publique hospitalière

Publié le : 24 novembre 2021

24 novembre 2021

                                                             

                                    * Camille Jacquard, responsable du collectif Jeunes Manageurs de Santé du SMPS, au cours de la  présentation de l’enquête à Santexpo sur les conditions de prise de poste des jeunes manageurs de santé

 

 

Le Collectif Jeunes Manageurs de Santé du Syndicat des manageurs publics de santé (SMPS) a réalisé une grande enquête sur les conditions de prise de poste des directeurs et cadres hospitaliers. Avec près de 500 répondants en juin 2021 ayant pris leur premier poste ces 10 dernières années, les résultats mettent en lumière les difficultés que peuvent rencontrer les jeunes manageurs lorsqu’ils prennent leurs premiers postes à l’hôpital ou en établissement médico-social. Face à ce constat, le SMPS poursuit ses actions et renforce immédiatement ce sujet en lançant un plan d’actions dédié.

Des progrès à réaliser sur la prise de poste des jeunes manageurs

Le premier enseignement de l’enquête montre que les jeunes manageurs de santé privilégient le domaine fonctionnel ou les missions de la fiche de poste à tout autre critère pour le choix de leur premier poste, ce qui confirme leur engagement fort pour un poste qu’ils ont choisi. C’est donc un levier important pour les employeurs car directement entre leurs mains.
Par ailleurs si plus de 85% des directeurs se sont sentis accueillis et intégrés lors de premier poste, cela n’a pas été le cas pour plus d’un cadre sur 4. Près de la moitié des manageurs ne se sentent pas ou peu accompagnés lors de leur prise de poste par leur supérieur hiérarchique.

Concernant les connaissances acquises, les cadres de santé sont 55% à juger pas ou peu utiles leurs connaissances techniques en formation pour réaliser leur prise de poste dans de bonnes conditions. 1 DH et D3S sur 5 jugent pas du tout utile les connaissances managériales acquises lors de la formation. Ce n’est pas le cas des directeurs de soins qui estiment très majoritairement que leur formation les prépare à leur prise de poste.

Des manageurs stimulés mais anxieux et stressés

Concernant les sentiments sur la prise de pose, 1 répondant sur 5 s’est senti stimulé lors de sa prise de poste mais aussi anxieux et stressé, plus encore pour les corps de direction. 39% des répondants expriment majoritairement des sentiments négatifs pour qualifier la prise de poste. 1 personne sur 10 se dit dépassée, isolée.
Néanmoins pour une bonne majorité (66%) ces sentiments ont évolué positivement sur les années suivantes.

Un rôle des syndicats à renforcer

Constat préoccupant, les ¾ des répondants n’ont pas pensé à recourir aux syndicats lors de leur prise de poste.

Concernant la conciliation vie personnelle/vie professionnelle, 66% des répondants ne parvient pas à concilier pleinement vie privée et vie professionnelle. Chez les cadres, la première difficulté des cadres pour concilier la vie privée et professionnelle des cadres est la charge mentale tandis qu’il s’agit des horaires de travail pour les corps de direction.

Des manageurs motivés par l’intérêt des projets et l’ambiance de travail mais qui mettent en avant les injonctions contradictoires auxquels ils font face

Les trois premiers éléments de motivation des manageurs de santé sont l’intérêt des projets et la possibilité de porter des projets innovants, le travail en équipe et la bonne ambiance, les responsabilités confiées. Les trois premiers éléments négatifs qui pèsent sur le travail pour les manageurs sont les injonctions contradictoires, les moyens mis à disposition, et l’écart aux valeurs professionnelles.

Des départs de l’hôpital fortement envisagés

Depuis leur prise de poste, 88% des manageurs de santé envisagent une mobilité dont 30% en dehors de la FPH. C’est notamment le cas chez les cadres administratifs et techniques qui pour 38% envisagent une mobilité en dehors de la FPH (+9 points par rapport à la moyenne des manageurs). Par ailleurs, 33% des jeunes manageurs de santé envisagent de réorienter leur carrière hors de la FPH dès à présent ou dans les 2 prochaines années. 18% des cadres souhaitent réorienter leur carrière dès à présent en quittant la FPH.

Pour faciliter la prise de poste, les répondants proposent en priorité de :

  • Renforcer l’accompagnement des nouveaux manageurs par le supérieur hiérarchique ;
  • Clarifier les positionnements et la place de chaque professionnel dans l’organisation de l’établissement ;
  • Améliorer le contenu des formations dispensées.

Vers un plan d’actions « Jeunes Manageurs de santé » pour le SMPS

Pour le SMPS, ces chiffres traduisent les difficultés et les préoccupations des jeunes manageurs de santé qui ont un engagement professionnel fort mais connaissent des débuts de carrière difficiles ou abrupts. La crise COVID-19 a forcément renforcé ce constat comme nous le remontent chaque jour nos collègues.

Force de construction et de propositions, le SMPS s’engagera avec l’aide du Collectif Jeunes Manageurs de santé sur les actions suivantes :

1) Mettre en place de « référents régionaux » Jeunes Manageurs de santé du SMPS dans chaque région, chargés d’accueillir et d’accompagner les nouveaux collègues en région et de les intégrer dans un réseau ;
2) Rédiger une charte d’accueil des jeunes manageurs de santé diffusée dans tous les établissements afin de sensibiliser les responsables à l’accueil des jeunes manageurs au sein de leur équipe ;
3) Anticiper la prise de fonction avec des retours d’expérience structurés par un réseau de jeunes professionnels ;
4) Mettre en place des espaces d’échanges et partage d’expérience des Jeunes Manageurs de santé dans chaque région ;
5) Structurer une équipe dédiée de soutien aux jeunes manageurs de santé en difficulté ;
6) Renforcer la formation des Manageurs de santé à l’EHESP, en IFCS… par plus de ponts inter-écoles et de liens avec les professionnels en poste ;
7) Donner la possibilité aux Jeunes Manageurs de santé de valoriser leurs initiatives innovantes. Le SMPS s’engage à leur mettre à leur disposition tous ses outils de communication et de diffusion (revue, réseaux sociaux, événements, etc.) ;

Plus largement, le SMPS défendra toutes les avancées statutaires et systémiques permettant d’améliorer les conditions de travail des jeunes directeurs et cadres hospitaliers.

Le SMPS continuera à se mobiliser pour les jeunes collègues, les élèves-directeurs, les étudiants cadre de santé, les jeunes cadres, les futurs candidats au concours et pour l’avenir de directrices et directeurs adjoint(e)s !

Retrouvez tous les résultats de l’enquête relative à la prise de poste des jeunes manageurs de santé ici.