VIOLENCE ENVERS LES DIRECTEURS : AVANT QUE LES DIGUES NE CEDENT, LE SMPS PORTE PLAINTE

Publié le : 7 septembre 2021

A la place du décompte hebdomadaire du nombre, en baisse, de manifestants contre le passe sanitaire et/ou l’obligation vaccinale, les directeurs subissent les actions violentes à leur endroit et découvrent chaque jour avec colère et incrédulité le sort virtuel qui leur est fait par une minorité agissante sur les réseaux sociaux.

Appel au lynchage, concours du meilleur supplice, course à la recherche du domicile… à l’instar de ce que vivent des praticiens ou des élus depuis de trop nombreuses semaines, les directeurs d’hôpital ou du secteur médico-social subissent des attaques sans précédent, dans le choix des mots ou de la violence des projets évoqués à leur encontre.

Le SMPS a dénoncé les plus emblématiques, en Outre-Mer, et condamne avec la plus grande fermeté les récentes intimidations insupportables à Marseille, Nîmes, Dreux…

A l’approche du 15 septembre, date butoir pour les quelques minoritaires hospitaliers, entrés dans cette dérive délétère contre leur propre raison d’exercer, les actions d’opposition se multiplient.

Sans aucune raison de s’arrêter pour les opposants dans la population, les attaques s’amplifient et la crainte de passages à l’acte est dans l’esprit de tous les directeurs.

Le SMPS a saisi le ministère dès les premières alertes, sans réponse à ce stade.

Devant l’inquiétude grandissante des professionnels qu’il représente et devant l’intensification des appels à la haine et à la violence de façon ciblée sur les directeurs, le SMPS va emprunter toutes le voies de droit pour faire cesser ces mises en insécurité intolérables.

Il engage tous les directeurs et cadres hospitaliers et médico-sociaux à signaler massivement les contenus haineux visible sur les réseaux sociaux et le « darknet », dans le cadre de la plateforme PHAROS, et de la réglementation sur les contenus illicites. Il attend de l’institution judiciaire qu’elle s’empare rapidement de ces situations gravissimes.

Le SMPS étudie toutes les situations dans lesquelles il peut se constituer devant la justice afin de faire respecter la personne et les droits des personnels menacés.

Il exhorte les ordres professionnels à agir de la même façon et, lorsque cela est possible, à engager les procédures adaptées à l’encontre des agissants relevant de leur domaine de compétence.

Enfin il demande, une parole forte et sans ambiguïté des pouvoirs publics pour condamner ces agissements et les appelle à soutenir explicitement les directeurs attaqués et toutes les équipes hospitalières vouées aux gémonies pour la seule raison qu’elles font confiance à la science et accomplissent leur devoir.

C’est une évidence

C’est une question de temps, il ne faut ni laisser les hurleurs vociférer, ni laisser la déraison l’emporter.

Avant que les digues ne cèdent, pour tous ceux qui ont fait le choix du respect mutuel et du soutien à la seule démarche viable de sortie de l’épidémie.

JEROME GOEMINNE

PRESIDENT DU SMPS