Une mobilisation sans faille du SMPS pour la juste reconnaissance des directeurs des soins

Publié le : 14 octobre 2021
Profil : DS

Jeudi 14 octobre 2021

Mercredi 13 octobre, dans le cadre du Ségur de la santé, se réunissait le dernier groupe de travail avec le Ministère pour la revalorisation de l’ultime maillon de la filière paramédicale : les Directeurs des soins.

Dès le 1er jour le SMPS s’est battu pour que les Directeurs des Soins soient reconnus et valorisés comme des Directeurs d’Hôpital adjoints.

Initialement seul sur cette ligne, toutes les organisations syndicales défendent désormais la position du SMPS.

Le SMPS est fort d’être constructif mais ferme, tout en respectant le principe de confidentialité des négociations et échanges avec le Ministère. Le SMPS est donc écouté.
Nous avons avec force, vivacité et ténacité rappelé les revendications portées par le SMPS, seul syndicat exclusivement représentatif de tous les manageurs de santé .

Oui nous sommes un corps de direction ! Un corps de direction à l’identique des deux autres corps de direction de la FPH !
Finalement pas tant que cela, puisque nous sommes uniques, aucune comparabilité possible dans les deux autres fonctions publiques.
Les arguments avancés pour justifier un tel état de fait sont bien évidemment irrecevables. Nous serions victimes de notre parcours professionnel, de la qualité de nos diplômes…
Nous rappelons que notre corps est valorisé par des diplômes professionnels, des diplômes académiques, par une formation à l’EHESP, par des savoirs consolidés par les expériences ainsi qu’une expertise managériale forgée à l’aune de l’ensemble de nos savoirs et parcours, qui en font la richesse.

Nous nous devons d’insister sur la singularité de notre corps professionnel. Cette particularité fait de notre corps un maillon incontournable et infaillible de notre système de santé et de notre système hospitalier, mettant en exergue de manière inexorable la plus value portée de ce directeur adjoint qu’est le DIRECTEUR DES SOINS.
Pour rappel, dès le mois de décembre dernier, le SMPS exposait dans son programme statutaire, en avant première les éléments de revendications pour les DS.

Nous tenons à réaffirmer que nos revendications initiales sont encore et toujours d’actualité et désormais reprises par tous :

  • Alignement indiciaire et indemnitaire sur les grilles de DH Adjoints
  • Valorisation et reconnaissance effective et concrète du corps des DS
  • Pour les DS de Classe Normale et Hors Classe :
    • La révision des durées d’échelons sommitaux et la durée des échelons
    • Ouverture de la HEA automatiquement aux échelons sommitaux sans obligatoirement être sur un poste fonctionnel
  • Pour les emplois fonctionnels
    • Ouvrir la HEB à tous les emplois fonctionnels (EF), et pour les 3 EF déjà ouvert à la HEB, raccourcissement des durées d’échelons
    • Augmenter le nombre d’emplois fonctionnels, en correspondance avec les organisations territoriales en GHT issus de la loi de modernisation de notre système de santé de 2016 : 63 GHT sur 135 n’ont pas d’emplois fonctionnel
  • Pour tous les DS quelque soit le grade
    • Valorisation financière de l’intérim
    • Création d’un GRAF
    • Majorer la PFR en regard des responsabilités, pour gommer les écarts notoires et perçus comme injustes. A responsabilité égale…
  • Ouverture aux non cadres, pour favoriser l’attractivité du corps, en veillant à la qualité et la durée de formation, mais aussi aux proportions d’accessibilité et la durée d’exercice

Sans les DS en établissement et au sein de chaque Directoire pour coordonner et piloter les réorganisations depuis des années,  pour garantir la sécurité et la qualité des soins, pour éclairer par leur expertise, auprès du chef d’établissement, les débats dans les instances de gouvernance, aurions-nous largement atteints les objectifs d’efficience exigés et ce sans préjudice auprès des personnels et de leur qualité de vie au travail ?

Sans les DS en instituts de formation pour coordonner les formations et piloter les réformes, avec les partenaires universitaires, aurions nous réussi à maintenir les exigences de qualité de formation et de niveau d’acquisitions de compétences, pour recruter des nouveaux diplômés prêts à exercer ?

Sans les DS en ARS pour coordonner, animer, conseiller, soutenir et  apporter leur expertise aurions-nous réussi à accompagner la déclinaison des politiques de santé, l’universitarisation des professions paramédicales ?

Et tous ces constats sont bien antérieurs à la crise COVID, bien avant les centres de vaccination et les exigences de pass sanitaire ! L’actualité n’a fait que renforcer cette force interne, cette plus value que sont les DS dans toute leur singularité que nul autre corps ne peut remplacer. Plus encore qu’avant la complémentarité des métiers a fait la valeur ajoutée des paramédicaux dans le système hospitalier !

En accomplissant jour après jour notre travail avec rigueur, disponibilité et réactivité sans faille, et avec encore bien trop d’abnégation, nous n’hésitons pas à nous faire connaître et à faire reconnaitre notre valeur ajoutée.

Aujourd’hui force est de constater, que malgré notre acharnement à faire reconnaitre la légitimité de notre corps, le sentiment d’amertume est plus que prédominant chez les Directeurs de soins !
Notre Président lors de son discours d’ouverture du congrès SMPS le 17 septembre a utilisé les mots appropriés concernant ce sentiment aujourd’hui exprimé par les DS : négligés. En effet l’écart creusé par le trop grand retard pris depuis plus de 10 ans dans l’évolution du corps n’a fait qu’exacerber ce sentiment !

Mesdames et messieurs les Directeurs de Soins, faisons connaitre autour de vous la valeur ajoutée de notre métier, précisons, argumentons, valorisons notre singularité qui doit continuer à être notre force !

Le SMPS porte la vision des directeurs et des cadres hospitaliers, fidèle aux valeurs d’un service public de santé tourné vers l’avenir