Statut des Ingénieurs hospitaliers : Les attentes du SMPS

Publié le : 2 février 2017
Profil : ING
Mots clés : CSFPH , PPCR

Lors de la Commission des statuts qui s’est tenue le vendredi 27 janvier, la DGOS a enfin présenté une version améliorée des projets de textes statutaires pour les ingénieurs hospitaliers. Le SMPS se félicite d’avoir été entendu sur la nécessaire harmonisation des deux premiers grades, concernant les échelons, indices et durées fixes.

Toutefois, il regrette fortement que ce même principe, pourtant au cœur du protocole « Parcours professionnels, carrières et rémunérations » (PPCR), ne soit pas à ce jour retenu pour les grades supérieurs d’ingénieurs en chef.

De même, les agents injustement bloqués entre le 2° et le 3° grade par un quota d’un autre temps doivent faire l’objet d’une attention particulière.

Le SMPS renouvelle le souhait que les ingénieurs hospitaliers soient pleinement bénéficiaires des mesures du protocole PPCR, afin que leur statut ne décroche pas davantage de celui leurs homologues territoriaux.

L’atypisme actuel de leur corps ne peut être invoqué comme une excuse. Il ne tient qu’à l’administration d’ouvrir ce dossier pour les harmoniser pleinement avec le statut des ingénieurs territoriaux, réformé et revalorisé (d’ailleurs hors calendrier PPCR) en mars 2016.

Le SMPS alerte les pouvoirs publics sur cette nécessité depuis des années.

Enfin, l’engagement des ingénieurs dans la mise en place opérationnelle des Groupements hospitaliers de territoire (GHT) doit être clairement reconnu et valorisé.

Même si une réforme complète du statut peut prendre du temps, il existe des solutions pour permettre de maintenir des possibilités de mobilité et rénover l’attractivité de ce corps, qui comporte aujourd’hui 60% d’agents sous contrat à cause d’un statut insuffisamment valorisé.

Le SMPS et l’UNSA vont proposer des amendements en ce sens au Conseil supérieur de la fonction publique hospitalière du 9 février prochain.