Comité de sélection D3S : Quel avenir pour le secteur social et médico-social ?

Publié le : 17 janvier 2018
Profil : D3S

Le premier comité de sélection D3S de 2018 a été l’occasion pour le SMPS de présenter ses vœux. Il a réitéré ses vœux pour qu’une qualité de travail, d’écoute et d’échanges, soit instituée, autour de la même volonté de co-construire, dans l’intérêt des secteurs sanitaire, social et médico-social, et de toute la ligne managériale, avec l’ensemble des interlocuteurs et des institutions. Il a également souhaité qu’un projet fort soit porté pour ces secteurs, au profit des populations les plus vulnérables.

 

Le SMPS a mis l’accent sur les défis à relever, au regard du contexte sociétal, de réformes ainsi que des contraintes et des exigences pesant sur les directeurs d’établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux, et qui pourraient peser sur la qualité de vie et la prise en charge des usagers de nos institutions.

Le SMPS attend une rapide annonce des chantiers qui seront conduits et fera des propositions concrètes au regard des enjeux, de l’urgence et des attentes fortes dans ce secteur ; et notamment :

  • Les GHT et le secteur social et médico-social,
  • Les directions communes,
  • La réforme de la tarification des EHPAD,
  • Le point GIR,
  • Les CPOM,
  • Les disparités régionales.

Dans ce cadre, le SMPS organise une journée – débats le mercredi 31 janvier, à destination de tous les professionnels exerçant dans les champs social et médico-social sur la thématique : Quels secteurs sociaux et médico-sociaux pour demain ?, afin d‘échanger sur les évolutions actuelles et à venir de nos secteurs d’intervention, mais également pour partager sur notre pratique quotidienne entre spécificité, quotidien, populations fragiles, conditions d’exercice, responsabilités et solitude.

 

D’ores et déjà, le SMPS a rappelé, pour ce qui concerne les perspectives d’articulation entre l’offre médico-sociale et les GHT, ses précédentes propositions :

  • Confier les filières de prise en charge des personnes vulnérables aux établissements médico-sociaux et à leurs directeurs.
  • Mettre en exergue et s’appuyer sur l’expertise et le retour d’expérience des acteurs de terrain pour favoriser la qualité de prise en charge tant en amont qu’en aval des établissements sanitaires.
  • Définir le parcours de l’usager dans l’ensemble des champs et des secteurs d’intervention.
  • Définir la place et le rôle des établissements médico-sociaux selon le type de partenariat envisagé.
  • Cloisonner l’utilisation des financements entre le médico-social et le sanitaire.

Le SMPS a par ailleurs rappelé l’absence de visibilité autours des GHT et des directions communes et posé la question du sort qui sera donné aux EHPAD autonomes et aux établissements accueillant des adultes ou des enfants handicapés, mais également aux directeurs adjoints au sein des futures recompositions. Il s’est interrogé sur la gouvernance qui sera instituée, tout comme sur la ligne managériale qui sera adoptée.

De nouveau, le SMPS a porté un regard critique sur le pilotage local différencié mené par les ARS, voire des Conseils Départementaux, en l’absence de pilotage national cadrant, alors même que de ces orientations découlent de véritables enjeux tels que :

  • Le nombre de poste au concours.
  • Les intérims.
  • Les postes non couverts/non attractifs.
  • L’anticipation des départs en retraite.

Le SMPS réaffirme la nécessité de favoriser la stabilité des établissements, d’avoir une réelle équité de traitement des collègues candidats, d’objectiver un accompagnement adapté en fonction des situations particulières avérées et contrôlées, et s’est positionné dans ce cadre en ce qui concerne les critères du comité de sélection. Pour ce comité de sélection, le SMPS a aussi insisté sur le respect de la procédure liée aux affectations ainsi que sur le rôle des tutelles et des Présidents du Conseil d’Administration ou de Surveillance.

 

Le SMPS porte et défend la spécificité du secteur social et médico-social. Il plaide pour que celle-ci soit connue et reconnue, pour que le rôle des D3S soit affirmé et réaffirmé, et cela davantage encore dans le contexte des recompositions hospitalières. Il souhaite qu’une attention particulière soit portée sur ces éléments afin d’élaborer une réelle stratégie et une planification, mais également un accompagnement, au regard des besoins à pourvoir et des changements de conditions d’exercice à venir.