#ElectionsProfessionnelles2018 – Des secteurs de l’enfance et du handicap en difficulté

Publié le : 4 décembre 2018
Profil : D3S

Les secteurs de la prise en charge des enfants et des adolescents, ainsi que des personnes en situation de handicap qu’elles soient mineures ou adultes, n’échappent pas aux difficultés de réponse à l’évolution des demandes et des besoins à satisfaire des bénéficiaires et de leur famille, mais également au contexte de raréfaction des ressources.

Les ruptures dans le parcours de vie et de prise en charge de ces usagers sont trop fréquentes par un manque criant de moyens, en termes de places et de typologie de prise en charge, ainsi qu’en raison de l’évolution des profils des personnes accueillis dans les institutions médico-sociales mais également dans les foyers de l’enfance.

Pour certaines situations de mineurs, le foyer de l’enfance peut être l’unique acteur de l’accompagnement, ne pouvant bénéficier d’une prise en charge adaptée en institutions spécialisées notamment par manque de places, alors que ces jeunes font l’objet d’une notification de la maison départementale des personnes handicapées.

Les foyers de l’enfance tout comme les institutions spécialisées se trouvent face à l’évolution des profils de publics accueillis avec l’association de plusieurs difficultés : troubles du comportements, troubles psychiatriques, addictions, violence et délinquance. S’y ajoute l’accueil des mineurs non accompagnés, parfois dans le cadre d’un accueil indifférencié avec toutes les difficultés associées en termes de cohabitation entre les différents publics.

La continuité du parcours de prise en charge des personnes en situation de handicap est compromis de façon particulière en raison du vieillissement prématuré dès l’âge de 40 ans, par le manque de places adaptées en maison d’accueil maison d’accueil spécialisée, en foyer d’accueil médicalisé, mais également en unité pour personnes handicapées vieillissantes adossées aux EHPAD, ce qui pose la nécessaire question de la réorientation.

Dans le secteur du handicap, la notion d’inclusion sociale des personnes s’impose par la loi, mais nécessite au sens large une transformation de la société. L’enjeu est de mener cette transformation de manière progressive, en offrant aux personnes accompagnées la possibilité d’expérimenter leur choix, et de donner aux établissements la possibilité d’offrir une palette de services modulable en fonction des besoins, le secteur public devant être un acteur fort dans le maillage territorial.

Les établissements doivent s’adapter en proposant à la fois une transformation de l’offre de service et une adaptation à l’évolution des publics, mais aussi un accompagnement des professionnels dans l’évolution de leurs pratiques, la mise en œuvre d’un plan de prévention des risques psychosociaux.

Dans ce contexte et ces perspectives, la mise en place d’un maillage coordonné pour la mise en œuvre de véritable parcours d’accompagnement, de prise en charge et de soins, des différents acteurs sur un territoire défini et organisé de taille critique est indispensable, les groupements médico-sociaux de territoires pouvant être la solution.

 

En portant une conception éminente du métier de D3S, le SMPS réclame au regard des besoins à pourvoir et des changements de conditions d’exercice à venir, les avancées statutaires nécessaires à la reconnaissance d’un engagement professionnel quotidien.

Le SMPS souhaite la mise en place d’un plan ambitieux de l’offre sociale et médico-sociale, élaboré à partir d’une réelle stratégie et d’une planification des réorganisations à mener, afin d’obtenir la lisibilité suffisante des perspectives de carrière des D3S et la réponse aux besoins des populations vulnérables accueillies et accompagnées.