Instance collégiale D3S : No future pour les D3S?

Publié le : 8 juillet 2021
Profil : D3S

Les dernières semaines ont été riches d’actualité pour le corps des D3S et les institutions qu’ils dirigent. Alors que cette semaine, débute le concours destiné à recruter nos futurs collègues, des interrogations légitimes demeurent.

Sur l’enfance, le projet de loi 4D inquiète de plus en plus. Les élèves-directeurs actuels ont eu le courage de nous rejoindre dans une lutte juste contre une initiative malvenue et incomprise qui n’est en définitive qu’une mauvaise réponse de plus à un vrai problème.

Proposer des changements cosmétiques parce qu’il est fait le choix de ne pas donner les moyens aux établissements et services de fonctionner pose question. A ce titre, le projet de loi générations solidaires ne devra pas poser le virage domiciliaire comme seul élément permettant de faire face aux défis de la dépendance. L’expérience du virage ambulatoire accompagné de la T2A a montré ses limites.

Soyons clairs, les institutions sanitaires, sociales et médico-sociales ont tenu dans la crise, par l’engagement sur le terrain des professionnels investis. Cet engagement est conforme à la défense des valeurs de service public liée au statut. Sans attendre une reconnaissance obséquieuse, il est  légitime de demander un minimum de reconnaissance qui fasse fi des stratégies politiques de découpe du corps des D3S.

Pour rappel, les organisations syndicales bataillent depuis plusieurs mois sur l’extension du CTI pour l’ensemble des agents indépendamment de leur secteur d’activité. Introduire des inégalités à l’intérieur d’un même corps selon que l’agent exerce dans telle ou telle structure est un manque de reconnaissance du travail accompli au quotidien depuis des années.

Quid de l’attractivité du corps des D3S ?

La question est posée avec constance ici-même de manière récurrente. Sans réponse. Rappelons que la promotion entrée à l’EHESP en 2021 ne comprend que 53 élèves. L’hémorragie continue et les réponses apportées sont inquiétantes.

A candidature comparable, une ARS a fait le choix de prendre un contractuel. Cette décision de court terme est coupable et envoie un signal clair. Les titulaires ne sont plus destinés à occuper les postes que leur confère leur grade.

Plus structurant, la mise sur agenda du CNG de la fusion des corps DH et D3S est une absence de reconnaissance de plus de nos métiers et de leur spécificité. Nous demandons un alignement des rémunérations sur celle des DH et le maintien de nos identités et compétences.

Rendre le corps attractif passe par cette reconnaissance et la mise à disposition des moyens de réaliser les missions qui nous sont confiées.
 

Le SMPS porte la vision des directeurs et des cadres hospitaliers,
fidèle aux valeurs d’un service public de santé tourné vers l’avenir