Cadres de santé : après avoir été oubliés, nous voici méprisés !

Publié le : 16 avril 2021
Profil : CS

L’annonce lundi dernier du Ministère de la Santé concernant la revalorisation des carrières a eu l’effet d’une bombe chez les cadres de santé !

Si les infographies communiquées cette semaine se confirmaient, le ministère aurait manqué le rendez-vous avec les cadres de santé : ils seraient les grands perdants d’une réforme censée donner des perspectives d’évolutions de rémunération et susciter de nouvelles vocations.
 
Il va sans dire que la communication de l’Etat est en complet décalage avec les revendications portées par le SMPS.  Les « efforts » en termes de rémunération consentis à l’égard des cadres de santé seraient loin d’être à la hauteur de nos propositions et pourraient même être qualifiés de vexatoires. En effet, comment en serait-il autrement quand les cadres de santé pourraient être les seuls à n’obtenir aucune revalorisation en début de carrière pour ensuite devoir se satisfaire d’une augmentation de seulement 78€ net mensuels pendant 15 ans ?

Il serait inacceptable que les cadres de santé soient une nouvelle fois les grands « oubliés » de la revalorisation salariale du Ségur de la Santé.
Rappelons qu’ils sont une profession discrète mais indispensable au bon fonctionnement des équipes, des établissements, garante de la sécurité et de la qualité de soins. Nous sommes la cheville ouvrière des organisations en santé.
Notons également que, lors de sa visite d’un établissement, le Premier Ministre avait déclaré vouloir agir pour les cadres de santé qui étaient les « oubliés » du Ségur. Il a alors précisé qu’il allait se « rattraper »…
 
Les annonces faites lundi dernier, si elles ne sont ni complétées ni corrigées, n’auront pour conséquence que de faire grandir la colère légitime des cadres de santé. Les cadres de santé ne supporteront pas plus longtemps d’être dévalorisés et méprisés. Les éléments salariaux post-Ségur conduiront à tarir l’attractivité déjà plus que précaire de notre profession. Est-ce bien là le souhait du Ministère ?

Naturellement, un dossier de presse n’est pas un décret d’application. Aucune des communications ne correspondent aux grilles communiquées. Evidemment, les zones d’ombre dans ce dossier sont nombreuses et des réajustements sont, nous en sommes convaincus, tout à fait envisageables.

Dans ce brouhaha, il n’en demeure pas moins un constat clair éloquent : aucune des projections communiquées à ce jour n’intègrent ce que le SMPS proposait, à savoir un alignement de la rémunération des cadres paramédicaux sur celle des cadres administratifs (attachés d’administration principaux et de la Hors classe). Il n’est pas imaginable d’établir une telle différenciation entre les cadres paramédicaux et les cadres administratifs au détriment des cadres paramédicaux !

Il est nécessaire pour les cadres de santé de trouver, outre une solution indiciaire, une solution indemnitaire à ce nouveau régime des cadres de santé et cadres supérieurs de santé paramédicaux. A défaut, c’est l’ensemble du système de santé qui pâtira du manque d’attractivité de la fonction, déjà fragilisée.

Les revendications du SMPS en matière de rémunérations des cadres de santé sont claires et connues de tous. L’arbitrage fait par le Ministère a renforcé notre volonté de porter de manière encore plus ostensible et certainement plus ferme nos revendications.
 

Le SMPS porte la vision des directeurs et des cadres hospitaliers, fidèle aux valeurs d’un service public de santé tourné vers l’avenir